Je reviens vers vous après une longue absence pour cause d’examens. Je commencerais donc par vous souhaiter une bonne année 2015 tant qu’on est encore au mois de janvier. J’espère que vos fêtes se sont bien déroulées pour vous et que cette année s’annonce pleine de projets et de bonnes résolutions.

Durant ma session d’examen je n’ai pas eu l’occasion de lire autant de livre que d’habitude mais j’ai quand même pu en lire deux assez faciles mais passionnants que j’ai reçu à l’occasion de Noël.

Je pensais au début vous les présenter séparément mais en les lisant j’ai trouvé beaucoup de similitudes sur les auteurs et je trouvais original de vous les présenter en parallèle. Ce sont des biographies de deux personnes que j’admire beaucoup, qui travaillent dans la même région du monde, mais dans des projets très opposés. Ces livres parlent de Denis Mukwege et de Jane Goodall.

http://www.dominican.edu/dominicannews/jane-goodall-tops-spring-leadership-lecture-series-lineup       http://fr.wikipedia.org/wiki/Denis_Mukwege#mediaviewer/File:Denis_Mukwege_par_Claude_Truong-Ngoc_novembre_2014.jpg

C’est une femme. C’est un homme. Elle est anglaise, il est congolais. Elle est née en 1934 à Londres. Il est né en 1955 à Bukavu dans le Sud-Kivu. Elle travail en Tanzanie dans le parc naturel de Gombe, lui dans l’hôpital de Panzi dans le Kivu, au Congo. Ils sont tous les deux docteurs, mais pas dans les même domaines. Elle est éthologue, c’est-à-dire qu’elle étudie les comportements des animaux, et plus particulièrement primatologue. Il est gynécologue et opère les femmes victime de viols de guerre, ce qui lui vaut son surnom d’homme qui « répare » les femmes.

panzi-gombe

Tous deux sont nés dans une famille croyante. Elle fréquente assidument l’église durant son enfance. Lui, son père est un pasteur protestant. Cette éducation religieuse aura un impact sur leur conception de la vie. Tous deux sont confiants sur leur avenir, tous deux savent très jeunes ce qu’ils veulent faire de leur vie. Elle veut travailler avec des animaux en Afrique. Elle confie dans son livre qu’elle avait confiance en la vie, qu’elle savait que l’occasion se présenterait au bon moment. Elle n’a rien cherché à provoquer et elle a toujours su qu’elle finirait par partir vivre quelque part en Afrique réaliser son rêve. Lui décide petit d’être médecin après avoir assisté impuissant, avec son père, à la souffrance d’un enfant. Il explique que sa foi lui donne des coups de mains, quand il est dans l’impossibilité d’avancer avec ses moyens d’hommes.

Elle réalise son rêve en observant les chimpanzés dans le parc naturel de Gombe. Elle y fait de nombreuses découverte sur le comportement des singes, notamment qu’ils savent se servir d’outils. Son travail est reconnu mondialement et elle devient une primatologue de référence. Elle finit par y créer un centre d’observation réputé qui accueille de nombreux étudiants et scientifiques étrangers.

Lui, constatant le dénuement médical auquel certaines femmes enceintes doivent faire face, décide de devenir gynécologue. Après sa spécialisation à Angers il revient dans son pays d’origine et rencontre pour la première fois des femmes victimes de viols. Pensant au début à des cas isolés, il réalise rapidement que ce phénomène prend de l’ampleur et finit par créer un hôpital « Panzi » qui prend en charge ces femmes de manière global, elles et leurs enfants. Cet hôpital est maintenant une référence internationale sur la reconstruction génitale, vésicale et anale.

Les deux livres ne s’adressent pas à un même public et n’ont pas du tout la même construction.

http://www.amazon.fr/Panzi-Denis-Mukwege/dp/2354172818

 Le livre du Dr Mukwege « Panzi » est un livre que je conseillerais peut-être à des étudiants de rhétos (année du bac pour les français) dans le cadre d’un cours de géographie car il aborde assez simplement les conflits au Kivu, les chefs de guerre, la problématique du coltan, la violation des droits des hommes et surtout des femmes, l’utilisation du viols comme arme de guerre. Il explique très bien la complexité du viol, son impact sur la femme, mais aussi sa famille, son village et finalement sur la nation. Le livre est construit d’une manière un peu particulière. Un narrateur raconte la vie du docteur Mukwege mais aussi celle du docteur Cadière. Ce dernier est un chirurgien belge qui a révolutionné la laparoscopie. Ces deux hommes se sont rencontrés par un beau hasard de la vie et se sont liés d’amitié. Ils ont réfléchis ensemble à comment améliorer la chirurgie réparatrice de l’appareil génital des femmes violées. Une coopération qui permet de soigner les victimes en limitant les séquelles, les complications et les infections. La narration est ponctuée d’interventions des deux docteurs. Chacun expliquant des anecdotes, les récits et son point de vue.

Ce livre est simple à lire, ne présente pas d’explications médicales ou politiques trop compliquées, évite les détails trop sordides qui n’apportent rien à l’histoire. Ici tout est question de pudeur, d’expliquer, de faire connaitre la problématique et les enjeux. Le docteur Mukwege veut que les gens comprennent ce qui se passe au Kivu et son travail.

http://www.amazon.fr/vie-avec-chimpanz%C3%A9s-Jane-Goodall/dp/2211208053

Le livre de Jane Goodall est un livre adressé à un public plus jeune. Je dirais entre 12 et 14 ans. Ecrit très simplement, il est raconté à la première personne. Elle relate sa vie, de son enfance en Angleterre où elle observe les animaux de sa région (insectes y compris) jusqu’à ses études de secrétaire, les nombreux métiers qu’elle a exercé pour finalement se retrouver en Tanzanie au service d’un archéologue. Ce dernier trouvera les fonds pour organiser ses observations des chimpanzés. Le livre raconte sa vie près des singes, ses journées, en quoi consiste son travail sur place, l’évolution progressive du campement en un véritable centre d’observation mondialement reconnu. La fin du livre se concentre plutôt sur la sensibilisation à l’environnement, à l’écologie, elle y aborde la problématique de la pollution et de la déforestation sur les chimpanzés mais aussi comment agir à son échelle pour réduire la souffrance animale, humaine et écologique. Elle y aborde même le végétarisme ! Très simple (trop pour un adulte), il se lit rapidement. C’est divertissant et la vie de cette femme est passionnante.

J’ai aimé ces deux livres parce qu’ils nous présentent deux personnalités fortes, aux vies diamétralement opposées mais à la volonté et à l’ambition similaire. Tous deux risquent leurs vies pour réaliser leurs projets. En effet, le docteur Mukwege a déjà de nombreuses fois échappé à la mort, notamment lors d’un attentat dirigé contre sa personne qui a nécessité une expatriation quelques mois. Quand à Jane Goodall, entre les attaques de chimpanzés, les rencontres malheureuses avec les braconniers et un crash en avion avec son second mari elle a frôlé par mal de fois la mort !

Actuellement, ces deux figures emblématiques voyagent de par le monde pour faire passer leurs messages : le respect des droits des hommes et des femmes, l’importance de trouver un moyen d’apaiser les conflits dans la région du Kivu pour lui et la protection de l’environnement et des chimpanzés pour elle, informé sur l’importance de respecter leurs milieux naturels, d’éviter la déforestation. Tous deux de nombreuses fois récompensés pour leurs dévouements et leurs travails, ils ont rencontrés des personnalités influentes. Malheureusement pour les deux j’ai l’impression que leurs appels sont restés sans réponses, que la communauté internationale les écoute en hochant la tête mais sans bouger le petit doigt.

Lui devient plus pessimiste, confiant même qu’il hésite de ne plus parler et simplement faire son métier de gynécologue et d’aider au mieux les femmes qui viennent le voir. Elle, plus optimiste est persuadée qu’un changement des mentalités est possible et s’investit notamment dans des projets avec les jeunes appelés « Roots & Shoots ».

En résumé, ces livres m’ont fait découvrir deux personnes touchantes, pleines d’humilités et d’humanités, pleines d’espoirs et avec un amour du travail et un dévouement pour leurs projets. Des personnes influentes, capables de faire changer les choses à petite échelle (et peut être à grande échelle sur le long terme…) dans leurs domaines respectifs.